LES MALADIES DU CHEVAL TRANSMISIBLES A L’HOMME DES CAS D’EXCEPTION

( par le doc.vétérinaire Dominique VIENET)

Le plus souvent, les maladies du cheval ne se transmettent pas à l’homme. Il existe toutefois quelques exceptions, des infections qui peuvent se propager du cheval à son cavalier ou à son soigneur. On appelle ces maladies d’origine animale des " zoonoses ". Voyons celles qui peuvent nous venir du cheval. Mon cheval a une sale maladie. Est-ce que je risque de l’attraper ? Le plus souvent, non ! Et ce pour de multiples raisons… Tout d’abord, seules les maladies infectieuses sont contagieuses. Un cancer, qui est un dérèglement des cellules n’est, par exemple, pas contagieux. Le diabète, les coliques, les allergies ne sont pas non plus contagieuses. Pour qu’il y ait contagion, il faut qu’il y ait possibilité de passage du microbe responsable de la maladie (bactérie, virus, champignon, etc…) de l’individu malade à l’individu sain. Mais cela ne suffit pas. Il faut encore que ce microbe puisse se développer et se multiplier chez l’individu sain. Or la plupart des microbes sont des parasites très spécialisés qui ne peuvent proliférer que chez un seul animal. Ceci explique que la contamination inter-espèces soit infiniment plus rara que la contagion entre individus de la même espèces. La grippe est, par exemple, extrêmement contagieuse d’homme à homme, alors qu’elle ne l’est absolument pas du cheval à l’homme ou de l’homme au cheval. Le virus responsable de la grippe n’est, en effet, pas le même chez ces deux espèces et le virus de l’un ne sait pas développer chez l’autre.

LES MICROBES SONT SPECIALISES

Les cas de transmission d’une maladie du cheval à l’homme (ou l’inverse), cas qui nous intéressent aujourd’hui, ne sont donc que des exceptions. Cela n’arrive que quand le germe responsable d’une maladie est le même chez l’homme et chez le cheval ou quand le germe du cheval est suffisamment généralisé pour pouvoir aussi " parasiter " l’homme. Avant de voir en détail la liste des rares maladies transmissibles du cheval à l’homme, analysons comment les microbes passent de l’un à l’autre. Il y a, en gros, deux façons : soit le germe passe directement du cheval à l’homme, par les contacts de peau à peau ou par le jetage, les éternuements, etc… Soit la contamination est indirecte, c’est-à-dire que le germe survit sur les instruments de pansage, les cuirs, etc… et peut aller infecter un autre cavalier qui ne s’occupe pas du cheval malade.

LE TETANOS

Le tétanos n’est pas une zoonose. Ce n’est pas le cheval qui le transmet à l’homme. Il s’agit d’une maladie commune à l’homme et au cheval et causée par le même germe, mais le cheval malade n’excrète aucun microbe dans l’environnement. Le cavalier ne se contamine donc pas au contact du cheval, mais fortuitement, tout comme lui.

LA TEIGNE

C’est LA maladie qui peut facilement se transmettre du cheval à l’homme ! Mais attention, pas de panique, la teigne n’est pas une maladie grave et, de plus, toutes les teignes du cheval (il en existe plusieurs variétés) ne sont pas contagieuses pour l’homme. Les teignes du chat ou du chien sont, par exemple, beaucoup plus contagieuses pour l’homme que celles du cheval. La maladie se développe en général dix à quinze jours après que le cavalier ait touché le cheval malade. Chez l’homme, elle se présente sous forme d’anneaux rougeâtres qui démangent et qui ont tendance à s’élargir. Le champignon responsable de la teigne provoque une petite plaque rouge, qui va progressivement guérir par le centre (d’où l’aspect en cocarde), mais va continuer à progresser vers la périphérie… Ces petites lésions se soignent en général très bien. L’homme ne risque pas de transmettre cette maladie à ses animaux familiers ; il est ce qu’on appelle un " cul-de-sac " pour la transmission de la maladie.

PLUSIEURS TYPES DE TEIGNE

Chez le cheval, il existe, nous l’avons vu, différentes variétés de teigne. Le plus souvent, elles se caractérisent par la présence de pellicules grisâtres ( ses squames), accumulées à la base des poils. C’est là que se trouvent les champignons. Ceux-ci fragilisent l’attache des poils à la peau ; ainsi, les poils parasités s’arrachent très facilement lorsqu’on tire dessus, ou bien ils tombent d’eux-mêmes en faisant apparaître des zones dénudées, sans poils, en général circulaires. Sous les squames, la peau reste normale, sans rougeur, ni suintement, ni croûtes. Il n’y a pas de démangeaisons. Cela permet de différencier la teigne d’autres maladies de peau. Certaines variétés de dermatophytes ( c’est le nom du champignon de la teigne) donnent une teigne plus diffuse, avec moins de pellicules, et où les poils cassent à leur base plutôt que de tomber : c’est la teigne " tondante " dont le diagnostic est plus difficile à faire. Exceptionnellement, on peut rencontrer des teignes suppurées.

LA SALMONELLOSE

Cette maladie bactérienne s’attrape le plus souvent après avoir mangé des œufs ou des produits laitiers contaminés. Toutefois, il arrive que le germe puisse provenir d’un cheval malade… Chez le cheval, la salmonellose donne surtout des troubles digestifs graves avec diarrhée importante, coliques et état de choc. La maladie nécessite des soins particulièrement intensifs, et malgré cela, elle est souvent mortelle. Les salmonelles éliminées dans les crottins se retrouvent en grande quantité dans le box du cheval malade et peuvent ainsi être transmises aux personnes soignant le cheval qui, à leur tour, présenteront des symptômes similaires. L’hospitalisation s’impose alors.

LA RAGE

Tristement célèbre, la rage est une maladie qui se fait heureusement de plus en plus rare dans notre pays. Néanmoins, elle persiste dans le quart nord-est de la France et représente toujours un danger potentiel, à la fois pour le cheval et pour l’homme. C’est une maladie presque toujours mortelle, une fois que les symptômes se sont déclarés. Le réservoir naturel de la rage en France est le renard, et la transmission de la maladie se fait par morsure ( le virus est présent dans la salive). Les symptômes concernent le système nerveux : ils associent des modifications du comportement ( excitation, agressivité…) et une atteinte de la moelle épinière avec des paralysies variées. Normalement, tous les chevaux et autres animaux domestiques siégeant dans une zone contaminée doivent être vaccinés contre la rage ; ainsi, les risques de contamination humaine sont fortement réduits. Mais il faut toujours rester vigilant et ne pas entrer en contact avec un cheval présentant des symptômes évocateurs de rage.

LA LEPTOSPIROSE

Cette maladie bactérienne atteint l’homme ainsi que de nombreuses espèces animales, dont le cheval. Les bactéries responsables de cette maladie s’écoulent dans les urines des sujets atteints pendant de longs mois, voire des années… Elles peuvent, en outre, survivre dans les eaux stagnantes, les étangs, les sols marécageux… C’est en général par l’intermédiaire de ces eaux que s’effectue la contamination. Chez le cheval, de même que chez l’homme, les symptômes de la leptospirose sont très variés : ils vont d’une infection sans signes cliniques à une forme grave et fébrile avec atteinte du foie et des reins, pouvant être mortelle en quelques jours. Il existe également des formes digestives, nerveuses, oculaires, etc… Par conséquent, en présence d’un cheval atteint de leptospirose qui excrète les bactéries dans ses urines, il faut prendre soin d’éviter de se contaminer à partir du fumier ou des eaux entourant le lieu de stationnement de l’animal. Heureusement, cette maladie, lorsqu’elle est diagnostiquée à temps, se traite bien par les antibiotiques.

LES MYSTERES DU VIRUS AUSTRALIEN

En 1994, une épidémie de maladie respiratoire s’est déclarée dans un centre d’entraînement de chevaux de course en Australie. Quatorze chevaux sont morts après avoir présenté de la fièvre et un œdème pulmonaire. L’entraîneur des chevaux est mort lui aussi après avoir présenté les mêmes symptômes, et deux autres personnes sont tombées malades. Les recherches en laboratoire ont permis d’isoler un virus encore inconnu, appartenant à la même famille que les virus de la rougeole ou de la maladie du Carré du chien. Les mesure sanitaires prises ont évité que ce virus ne contamine les élevages environnants, et la maladie n’est plus réapparue depuis. Cet épisode illustre le fait qu’il faut toujours être prudent au contact d’un animal malade, et que le danger est parfois là où on l’attend le moins !

LES AUTRES ZOONOSES

Plusieurs autres maladies sont susceptibles de se transmettre du cheval à l’homme. Heureusement, elles sont rares dans notre pays. Maladies bactériennes : Charbon bactérien (à partir de cadavres). Morve (en Asie et au Proche-Orient) Méléioïde (parfois en France, à partir du sol et des eaux souillées, suppurations surtout respiratoires). Maladies virales : Encéphalites virales équines (en Amérique surtout). Stomatite vésiculeurse (en Amérique). Maladies parasitaires : Gale sarcoptique (démangeaisons de la peau). Histoplasmose (surtout vers la Méditerranéee et au Moyen-Orient. Levure provoquant des suppurations cutanées, parfois des problèmes respiratoires).

 

retour schtroumphs

plantes toxiques

hyppophagie

hippiatrie en danger

obstruction oesophagienne

le gastérophile du cheval

 

 

Classement de sites... Inscrivez le vôtre !